Alma le vent se lève de Timothée de Fombelle aux éditions Gallimard Jeunesse

«  C’est un zèbre sans rayures, debout dans les herbes jaunes, avec deux enfants couchés dans son ombre.
– Regarde comme il est grand.
Elle s’appelle Alma. Elle parle à son petit frère allongé près d’elle.
– Regarde !
Ils sont sur le dos, serrés l’un contre l’autre dans cette prairie sans fin. Et quand le soleil bouge un peu, l’animal fait un pas pour que les enfants restent à l’ombre. Ils rient ensemble en le contemplant. Si Alma savait comme elle repensera plus tard à cette fraîcheur de son petit frère sur son côté, au clapotis de son rire.
– Tu vois. Je te l’avais dit. Tu ne me croyais pas, dit Alma.
Le garçon ne répond pas. Tous les zèbres de la vallée sont petits, rayés, peureux. Celui-ci est très grand, plus haut qu’une main qu’on lève au-dessus de la tête quand on est debout sur la pointe des pieds. Il a un collier de cuir attaché autour du cou. Il n’a pas de rayures et il reste là, doucement, à veiller sur eux. Il n’a peur de rien.
– Où tu l’as trouvé ? demande Lam.
– Je ne l’ai pas trouvé. C’est lui qui nous a trouvés.
Son frère se tait, les yeux brillants.  »

1786. Alma a 13 ans, chez les Okos, le mot « alma » signifie libre. Alma est une enfant libre vivant avec les siens dans cette vallée africaine d’Isaya et la seule limite à sa liberté lui dit son père c’est la vallée «  rien ni personne ne doit entrer dans la vallée. Et rien ne doit en sortir. » Et puis un jour, un cheval-zèbre qu’elle et son petit frère Lam  prénomment Brouillard semble être arrivé de l’autre côté. Les enfants vont-ils résister à l’idée d’aller voir cet ailleurs inconnu ?

Loin de là à la Rochelle, un jeune orphelin de 13 ans, du nom de Joseph Mars embarque sur le navire la Douce Amélie, du capitaine Gardel. Très vite nous allons découvrir la mission de ce navire appartenant à l’armateur Bassac.

Alma est le premier tome d’une trilogie en attente, une véritable fresque sur l’esclavage et tout ce que cela engendre, le racisme, la contrebande. Une histoire de pirate extraordinaire, une aventure merveilleusement documentée qui nous emmène loin dans le temps et dans l’espace, un voyage marquant au côtés de cette jeune fille, de sa mère et tous les siens.

Je n’avais pas envie de fermer ce livre tant j’étais plongée corps et âmes dans cette aventure. Aves une grande impatience je vais guetter le second tome.

Un roman que je conseille à tous les jeunes, une lecture idéale pendant ces longues vacances, ils s’évaderont et découvriront ce que peut être ils n’apprennent pas à l’école mais qu’il faut savoir de notre Histoire comme de celle des peuples d’Afrique .

 

Alma le vent se lève de Timothée de Fombelle

Éditions : Gallimard jeunesse

Paru : juin 2020 – 400 pages – à partir de 11 ans – 18 euros