Au delà des frontières d’Andreï Makine aux éditions Grasset

 » Ce Grand Déplacement avait bien saisi l’air du temps. Les attentats mêlés de plus en plus à l’existence ordinaire – grèves, élections, championnats de football. Un état d’âme trouble, hystérique ou apathique, le danger tantôt incarné par un jeune banlieusard porteur d’une bombe, tantôt désincarné dans un halo de forces occultes qui manipulaient ce pauvre bougre fanatisé. Le pressentiment de la fin du monde. Lynden en parlait comme d’une évidence. Je me demandais s’il n’avait pas lui-même été victime d’un attentat – cela eût expliqué son aigreur et l’entremise touchante de sa maman. Non, je ne pouvais pas jeter ce manuscrit dans la cruelle centrifugeuse éditoriale.« 


J’étais impatiente de lire ce tout dernier roman d’Andréï Makine. Ce livre est très intéressant dans son contenu car l’auteur nous invite, suite à un constat désarmant d’une certaine décadence de notre monde, à trouver des solutions pour s’élever au dessus de l’inévitable. Et puis j’ai eu le sentiment par moment d’être abandonnée par le récit de part des longueurs à mon sens inutiles, les méthodes proposées pour nous emmener au delà ne m’ont pas vraiment séduites car pas assez explicites peut être. Je ne saurai dire.

Le Grand déplacement, donc ce livre signé de Vivien Lynden se retrouve dans les mains du narrateur. Il est confié à ce dernier, par la maman de Vivien, Gaïa, afin que ce dernier donne un avis, voir trouve un éditeur,seulement il est très perturbé par ce récit. Il retrouve son ami Gabriel Osmonde, un digger, c’est à dire une personne qui cherche au delà des mensonges de la société, qui  avait lui aussi côtoyé le jeune Lynden, venu à sa rencontre. Ensemble il partage de longues heures d’échanges à propos de ce grand déplacement, de la société, de l’homme et son devenir. Plusieurs voix s’entremêlent autour de grandes questions. Je ne peux vous en dire davantage, je vous laisse à votre lecture pour que vous aussi puissiez découvrir à votre tour la pensée d’ Osmonde, du narrateur, de ce théoricien imaginaire Théodore Godbarsky qui de toute évidence ne m’a pas laissée indifférente et a fait écho à certaines pensées de Gandhi par exemple profondément passionnantes. Une belle invitation à l’abandon pour aller au delà des frontières qui nous sont imposées depuis notre naissance.
Le fond de ce roman est fort intéressant, peut être c’est la forme où comment la pensée nous est amenée ! Je reste sur quelques questions encore.

Merci à la plateforme Netgalley et aux éditions Grasset pour leur confiance.

#AudelàdesFrontières #NetGalleyFrance

Au delà des frontières d’Andréï Makine

Éditions : Grasset

Paru : 30 janvier 2019 – 270 pages – 19 euros