Carnaval noir de Metin Arditi aux éditions Grasset

 » Une heure plus tôt, elle était tombée sur un article du New York Times qui l’avait déboussolée. Il traitait de la révolution copernicienne. Dans son œuvre majeure, Des Révolutions des orbes célestes, publiée en 1543, Copernic posait les fondements de l’héliocentrisme : c’était la Terre qui tournait autour du Soleil et non l’inverse, comme il est dit dans les Textes. Publiée en pleine Réforme, cette remise en cause aurait dû avoir sur l’Église de Rome l’effet d’un tremblement de terre. »

Un roman d’aventure entre Venise, Rome et Genève, partant de 1575 à 2016, dans lequel les arts, la religion y sont mêlés, des personnages en souffrance, en quête de culture et d’autres fermés à un idéal obscurantiste. L’Histoire se répète affirmons nous régulièrement. Eh bien c’est ce que l’auteur à travers cette histoire merveilleusement contée nous confirme. Certes les hérétiques d’il y a cinq siècles en arrière ne sont pas les même qu’aujourd’hui :
 » Les migrants d’aujourd’hui ne sont rien d’autre que les juifs de l’époque. » Comme le pape Grégoire XIII à son époque accueillait le juif, le pape actuel accueil l’étranger. Ce qui n’est pas pour plaire à tout le monde. Et c’est ainsi que le roman commence.. Nous sommes en 2016, une jeune femme du nom de Donatella rédige sa thèse en Histoire sur la Scuola Grande dei Sanseplocro, une confrérie vieille de cinq siècles, qui en 1575, pendant le carnaval a été totalement détruite, comme le fameux tableau de Paolo Il Nano qui a mystérieusement disparu, et lui même découvert pendu au pont du rialto. L’enquête n’aura rien révélé. 

Quelques mois plus tard, à Genève, un imminent professeur de Latin, Bénédict Hugues en lisant un manuscrit ancien, découvre à son tour, une lettre inquiétante laissant penser à un complot à l’égard du pape de l’époque. Cette découverte va être révélée au public et mettre en alerte un personnage très particulier, sombre du nom de Bartolomeo San Benedetto. Ce dernier est secrétaire général d’une fondation des pèlerins ibériques. Qui sont ils réellement ? Un groupuscule d’extrême droite et leur idée est un double attentat au cœur même du Vatican mis en action sur le terrain non par eux, ces chrétiens fidèles à une certaine tradition, mais par une filière de Daech ! Incroyable n’est ce pas ?

Un roman qui vous tient en haleine du début à la fin, passionnant qui sous couvert de fiction, interroge et ne nous laisse pas indifférent sur ce qui se passe aujourd’hui.

Merci à Netgalley de m’avoir permis de lire ce roman et de vous en parler aujourd’hui.

Carnaval noir de Metin Arditi

Éditions : Grasset

Parution : août 2018 – 400 pages – 22 euros