Dernier rapport sur les miracles à Little No Horse de Louise Erdrich aux éditions Albin Michel

Little No Horse est une petite ville du Dakota du nord, une réserve indienne dans laquelle réside depuis de longues années, le père Damien.

Mais qui est ce vieil homme qui a tant vu ? Qui se cache sous cette aube noire, cette âme troublante et si accueillante.

Nous le découvrons au fil des pages, car il a depuis son arrivée, en 1912, dans ce lieu tout particulier, écrit des lettres aux papes qui se sont succédés.

Et puis un jour de cette année 1996, lui arrive un émissaire du Vatican.

Va-t-il pouvoir tout lui raconter, à l’aube de son départ pour l’autre monde, révélant par la même son identité si secrète ?

C’est le premier roman de Louise Erdrich, cette brillante auteure américaine que je lis, conseillé par une lectrice passionnée par sa plume.

C’est donc une découverte.

C’est un voyage musicalement poétique dans cette culture si méconnue qu’est celle des Amérindiens. A travers cette histoire nous voyageons dans les deux mondes, celui des esprits et celui des vivants, fragiles, fracassés, troublants !

J’avoue avoir été perturbée parfois au cours de ce récit par des longueurs, certes ce n’est pas une lecture limpide, elle est parfois brisée, à l’image de certains personnages….Il faut s’accrocher pour connaître la vérité, elle se mérite, n’est-ce pas ?

Dernier rapport sur les miracles à Little No Horse de Louise Erdrich

Traduction : de l’américain Isabelle Reinharez

Éditions : Albin Michel

Paru : août 2003 – 534 pages – 23 euros