Frangines d’Adèle Bréau aux éditions JC lattès

 » Louise   Plus qu’une patiente à visiter, et les vacances pourront enfin commencer. Avec les fortes chaleurs, ils sont tous aux abois, les malades, les petits vieux, et même les vacanciers, débarqués en masse dans la région depuis la fin des classes, pour des piqûres, des pansements à changer, des prises de sang à envoyer au laboratoire… Elle connaît beaucoup d’entre eux, qu’elle suit toute l’année. Elle a ses habitudes. Un petit café, Louise ? Et mes sablés, j’ai fait ceux que vous aimez tant. Vous pensez qu’il souffre ? Parfois, lorsqu’elle vient pour la première fois, elle redoute de découvrir un nouvel être enfermé dans la maladie, un lieu sale, une âme seule, et la douleur l’étreint alors, dans sa voiture, tandis que défilent les paysages de Provence, le soleil brûlant sur les terres arides dont même la beauté ne parvient pas à la consoler. Pourtant, elle a toujours voulu devenir infirmière, et puis vivre ici. Près de La Garrigue, et de chez ses parents. Mathilde et Violette trouvent ça dingue, qu’elle ait choisi cette existence-là. De vivre toute l’année sur le lieu de leurs vacances. Elles la trouvent idéaliste, puérile, surtout.  »

L’auteure Adèle Bréau nous embarque en Provence, à St Rémy au cœur de la maison de famille de Jeanne. Ces trois filles viennent y passer quelques jours pour les vacances d’été. Un petit coin de paradis, imprégné d’un passé heureux et mélancolique.

Louise, Violette et Mathilde s’aiment comme de vraies frangines, elles ont une façon bien à elles d’exprimer cet amour. Entre quelques câlinsoeurs, elles ne cessent de se disputer, se critiquer, ne comprenant pas les comportements de l’une ou de l’autre. Car malheureusement, elles ne savent plus prendre le temps de s’écouter. Il est bien plus confortable de se cacher derrière une vie bien remplie sous toute apparence.

Qui se cache sous chacun de ces masques ? Quels secrets chacune a pu conserver par peur de l’autre, de s’affirmer. Quels petit arrangements ont-elles pu imaginer pour fuir ou se protéger. Elles peuvent être détestables à priori seulement au fil des pages, en découvrant leur histoire, nous succombons à leur charme.

J’ai vraiment bien aimé, le temps de cette lecture, partager ces moments avec cette famille, Jeanne et ses filles, Jeanne et son passé, Jeanne et son avenir. Car il n’y a pas d’âge pour vivre heureux en bouleversant sa vie et Jeanne est un bel exemple des possibles, comme ses filles qui vont parvenir à se libérer de leurs mensonges pour enfin vivre pleinement ce qu’elles sont en réalité. C’est beau, c’est optimiste, cela fait du bien ! Merci Adèle Bréau.

#Frangines #NetGalleyFrance

Frangines d’Adèle Bréau

Éditions : JC Lattès

Paru : 27 mai – 350 pages – 19,90 euros