La chouette aveugle de Sadegh Hedayat

 » Pour la première fois en ce monde vil et misérable, je crus qu’un rayon de soleil illuminait ma vie .
Hélas ! ce ne fut qu’un éclat passager, un météore. IL se manifesta sous les apparences d’une femme, d’un ange plutôt. La clarté qui l’environnait me permit d’entrevoir, rien qu’un instant l’espace d’une seconde, toute le misère de mon existence, d’en comprendre aussi la grandeur et la beauté. Mais cette lueur se perdit bientôt dans le gouffre des ténèbres où elle devait fatalement disparaître. Non je n’ai su retenir ce rayon furtif.
…Elle perdue, je me retirai tout à fait de la société des crétins et des heureux. Je me réfugiai dans le vin et dans l’opium, afin d’oublier. Mes journées s’écoulaient, elles s’écoulent encore, entre les quatre murs de ma chambre. Ma vie entière s’est écoulée entre quatre murs. »

La chouette aveugle est une nouvelle, la confession d’un homme victime de cauchemars et d’hallucinations. Nous sommes entre réalité et rêve, entre monde extérieur et monde intérieur, entre monde occidental et monde oriental.
A travers ces pages nous ressentons toute la souffrance d’un homme vivant sous l’emprise de l’opium, qui ne veut plus vivre car il n’a plus rien à espérer de cette vie. L’auteur Sadegh Hedayat né à Téhéran en 1903 s’est donné la mort en 1950 à Paris. Il est un grand nom de la littérature iranienne.
Un sentiment d’étrangeté nous hante au fil de cette confession, cette plainte, ce cri. Ne pas le lire déprimé !! Il m’avait été conseillé par mon libraire car à ce moment, je cherchais des lectures sur l’Iran pour la création d’une lecture musicale…. un beau classique. Très heureuse de l’avoir découvert.
Merci à mon libraire du Silence de la mer.

 

La chouette aveugle de Sadegh Hedayat
Traduit du persan par Roger Lescot
Éditions : José Corti
195 pages – 18 euros