La femme révélée de Gaëlle Nohant aux éditions Grasset

 » Au réveil, elle a oublié l’enchaînement des événements qui l’ont conduite dans cet hôtel miteux où elle s’efforce de se rendre invisible. Un bruit incongru la tire du sommeil, ou une odeur inexplicable. Elle se tourne sous le drap rêche, se cogne contre un mur. Que fait-il là, ce mur ? Elle ouvre les paupières, acclimatant sa vue à la pénombre, striée par les tranches de jour qui entrent par les vieilles persiennes. Le papier peint défraîchi la frappe comme une anomalie, réveille sa mémoire. Remontent tous les détails de sa fuite, le temps étiré, suspendu, précipité dans les battements du sang. Les veilles enroulée dans son imperméable, ses pieds brisés par les longues stations dans les escarpins, cette application à fuir les regards, donner le change, paraître savoir où elle allait.
Eliza Bergman, née trente et un ans plus tôt par une nuit de chaos, s’est évanouie dans les brumes du lac Michigan, qui escamotent les cadavres et les charognes. Tout ce qu’il est préférable de cacher. « 

Une magnifique histoire de femme, de mère. Eliza Bergman a 31 ans, fuit Chicago, la ville qui l’a vue naître, et c’est la peur au ventre qu’elle arrive sous un autre nom Violet Lee à Paris, perdue, esseulée et tétanisée. Pourquoi ? Pourquoi ce départ précipité ? L’auteure nous tient en halène avec les mystères qui pèsent sur cette femme et sa destinée. Dans cette atmosphère peu rassurante, nous découvrons qu’Eliza est partie seule, sans son tout jeune fils, Tim, que sa vie d’avant était une vie luxueuse et qu’aujourd’hui elle loge tout d’abord dans un hôtel miteux, bruyant avant d’être accueillie au foyer des Feuillantines. Son seul réconfort est son appareil photo, c’est une passionnée de l’image, des portraits, de la vie, d’une vie certaine.

Et puis très vite va venir le temps des rencontres, de Rosa la prostituée, de Brigitte, la jeune de St Germain, de Sam, cet Américain qui va la séduire très rapidement. Seulement elle a des doutes sur sa personnalité, qui est-il vraiment ? Toujours cette angoisse en elle qui lui impose la retenue, et pourtant…

Ce roman est composé en deux parties nous racontant l’exil et le retour, Paris des années 50 et Chicago des années 60, les Blancs et les Noirs, Les riches et les pauvres…….La révolte …. Nous révélant une femme, une femme et ses amours, une femme fragile et forte à la fois.

L’auteure nous offre avec ce roman une histoire palpitante et empreinte de faits historiques. Un véritable voyage au cœur de cette ville de Chicago qu’elle nous présente comme vivante mais si souffrante et déchirée cette année particulière de 1968. La plume délicate et juste nous envole dans un voyage aller retour aux airs de guerre et de paix, aux couleurs du néant et de l’espérance permise.

Merci Gaëlle Nohant, merci aux éditions Grasset la plateforme Netgalley pour ce grand plaisir de lecture que je vous invite vivement à découvrir à votre tour.

#Lafemmerévélée #NetGalleyFrance

La femme révélée de Gaëlle Nohant

Éditions : Grasset

Paru : 2 janvier 2020 – 384 pages – 22 euros