La petite dernière de Fatima Dass aux éditions Noir sur Blanc

 » Je m’appelle Fatima Daas.
Je suis française.
Je suis d’origine algérienne.
Mes parents et mes deux grandes sœurs sont nés en Algérie.
 
Je suis rebeu, donc musulmane.
Ma mère est musulmane.
Mon père est musulman.
Mes sœurs, Dounia et Hanane, sont musulmanes.
Nous sommes une famille d’Arabes musulmans.
Nous aurions dû être une famille de six Arabes musulmans.
La première fois que ma mère me parle de la mort de notre grande sœur, Soumya, je lui dis que Soumya a de la chance.
Dans la religion musulmane, si un enfant meurt, il accède au paradis.
Alors je priais pour être une Soumya moi aussi. « 

Dans son tout premier roman la jeune Fatima Daas, nous confie l’histoire d’une jeune femme, une jeune femme en souffrance, tout son corps lui parle,  petite elle étouffe déjà. Sait-elle pourquoi très jeune, les médecins lui disent qu’elle est asthmatique allergique ? C’est une maladie qu’elle ne comprend pas.

Comme elle ne comprend pas ce que lui dit l’Imam vers qui elle ose raconter l’histoire d’une amie, qui n’est en fait qu’elle même. Elle croit en Dieu, elle l’aime, elle nous l’écrit si sincèrement, seulement elle ne comprend pas ce qui lui dit cet Imam, comme son père et sa mère. Pourquoi ?

Elle ne trouve pas sa place cette enfant, cette jeune femme, ni dans sa famille, ni à l’école comme dans la société.. Elle se cherche, reconnaissant ses différences mais en n’osant pas les accepter semble-t-il.

  Je m’appelle Fatima Daas ...  Un refrain qui revient à chaque chapitre, la construction est originale et elle a osé la différence avec les schémas classiques de l’écriture comme de la lecture. Pas facile de la saisir dès les premières pages et puis personnellement, je m’y suis attachée à cette femme, cette femme qui n’aspire qu’à vivre la liberté d’aimer.

Je m’appelle Fatima Daas est une révélation !

La petite dernière de Fatima Daas

Éditions : Noir sur Blanc, collection Notabilia

Paru : 20 août 2020 – 192 pages – 16 euros