La servante abyssine de Carine Fernandez aux éditions Actes-Sud

«  A l’époque où Zinesh débarqua à Djeddah, dans les années 1970, on était loin de ce grand charivari oriental. On distinguait trois couleurs, le noir pour le travailleur africain, le brun pour l’Arabe, très peu de blanc, une touche ici et là qui se risquait parfois hors des ambassades. Elle était arrivée avec le visa de la princesse Kalthoum, cinquante autres gueux de son espèce, ouvriers ou domestiques, transbahutés pêle-mêle dans le même chargement maritime, mains noires à tout faire et malhabiles comme des mains gauches. Il s’y feraient bien assez vite. Ils appartenaient maintenant à al princesse.  »

Après 15 ans de mariage, un mari, Zaccaria parti au combat, sur le front de libération et une petite fille Kouri, cinq ans qui se meurt sur le chemin de l’exil, Zinesh,  l’érythréenne chrétienne quitte courageusement son pays meurtri. Non vendue comme combien d’autres, elle part de son plein gré pour l’Arabie-Saoudite.

Ainsi sa vie de servante commence au palais de la princesse Kalthoum, oh une princesse de « moindre rang » mais qui vit seule et est d’un caractère impossible, une hystérique. Elle parvient à s’en libérer et travaille par la suite pour différentes personnes jusqu’à ce qu’elle soit au service d’un homme occidental, Italien, qui vit seul. Très vite elle découvre son mal-être, elle s’attache à lui, à sa souffrance qu’il noie dans l’alcool. Elle va avec ruse, le faire parler pour enfin comprendre d’où vient une telle souffrance. C’est alors qu’il lui confie son histoire avec la jeune Hind, rencontrée dix ans plus tôt trop vite passée dans sa vie. Il souhaite la retrouver mais dans ce pays il ne peut arriver à ses fins. Zinesh, elle ne l’entend pas de la même façon, elle fait la promesse de la retrouver.

C’est une très belle histoire, sensible, écrite d’une plume de maître. L’auteur nous embarque dans cette tragédie avec talent sous lequel nous ne pouvons succomber. j’ai vraiment préféré ce roman au premier que j’ai lu de Carine Fernandez qui était Mille ans après la guerre. Merci à elle pour cette histoire romancée très inspirée.

La servante abyssine de Carine Fernandez

Éditions : Actes-Sud

Parution : mai 2003 – 181 pages – 17 euros