La vie contrariée de Louise aux éditions Héloïse d’Ormesson

 » Lorsqu’il était arrivé au village, le matin précédent, il lui avait semblé que tout le chemin parcouru, depuis le Dakota Building, entre la 72è et central Part West, n’avait en rien atténué ni les palpitations de son cœur ni le fourmillement qui s’était emparé des extrémités de son corps à al seule idée de rencontrer Louise. A l’aube de ses 40 ans, serait-il encore capable de jouer le jeu tendre et délicat d’une rencontre si décisive ?  »

 

Un cahier rouge, voilà le dernier témoin de la vie de cette femme Louise Sorlin qui vient de mourir dans la résidence des Sycomores, alors que son petit fils, James Nicholson, arrive des États-Unis pour enfin la rencontrer.

Ainsi il ne pourra pas la voir ni l’entendre, pourquoi a-t-il mis autant de temps d’ailleurs, avant de venir à elle ? Il ne lui reste plus que ce cahier rouge donc. Résidant dans un petit hôtel le « One Toutou », au cœur du village de Chambon-sur-Lignon, il va trouver Nina, la serveuse, l’amoureuse de Pierre pour lire ces pages. Nina devient la voix de Louise.

Aux yeux de tous, dans le village, des langues qui se délient sur cet étranger, elle devient sa maîtresse. Personne ne cherche à savoir plus, non, il est condamné déjà.

Pierre et ses amis vont donc lui tendre un piège, mais finalement n’est-ce pas ce qu’il attendait ? Je n’ais pas tout saisi à ce propos.

C’est dans une atmosphère très particulière que ce petit fils va découvrir sa grand-mère, cette femme d’un passé inconnu, les révélations au fil des pages le mettent dans un état très troublant.

Louise à 17 ans en 1944 dans ce petit village protestant qui cache des enfants…..

Mais voilà je ne révèle pas davantage, ne souhaitant pas trahir la trame de l’histoire. A vous de la découvrir.

Histoire de secret, de transmission qui met en lumière un pan d’Histoire où l’on croise des personnages mal connus et pourtant si méritants comme le pasteur André Trocmé et sa femme Magda, Virginia Hall, même Albert Camus fait un bref passage !! Merci à l’auteur de redonner vie à ces voix, ces personnages, à l’Histoire, c’est un bel hommage à tous ces résistants et ces disparus !

C’est le deuxième roman de cette auteure que je lis, à dire vrai j’ai préféré le tout dernier paru cet hiver 2019 : Ce qui nous revient édité aux éditions Actes-Sud

La vie contrariée de Louise de Corinne Royer

Éditions : Héloïse d’Ormesson

Paru : février 2012 – 230 pages – 18 euros