Le café des petits miracles de Nicolas Barreau

 » Nelly aimait la lenteur. Elle était plus encline à flâner qu’à se hâter, et elle réfléchissait très longuement avant de prendre une décision. par ce clair après-midi d’automne, tandis qu’elle se promenait au bord de la Seine et que le serpent de tôle se pressant le long du quai se figeait sous les coups de klaxon, elle ne put s’empêcher de penser à Paul Virilio et à ses théories sur  » l’immobilité fulgurante.

Oui, il est fâcheux que l’être humain essaie toujours de repousser ses limites, et l’accélération croissante du monde ne mènerait à rien de bon. Son mémoire de licence sur Virilio avait toutefois mené Nelly à Daniel Beauchamps, ce qui était une excellente chose. Voilà déjà onze mois, trois semaines et cinq jours qu’elle assistait le professeur de philosophie, et aussi longtemps qu’elle était secrètement amoureuse de lui. »

Éléonore qui se fait appeler Nelly, est une toute jeune femme timide et romantique à souhait. Quelle idée de tomber amoureuse de son professeur de philosophie ? Quelle idée d’avoir peur de prendre l’avion ? Alors que cette jeune femme semble avoir son destin tout tracé d’avance, elle va voir, ce qu’elle appelle des signes, se manifester à elle comme autant d’invitations au bouleversement de trajectoire. Tout commence en lisant des petits mots sur un livre laissé par sa grand-mère décédée.

Un petit roman joyeux, léger, un beau voyage au cœur du romantisme vénitien.

Le café des petits miracles de Nicolas Barreau

Éditions : Héloïse d’Ormesson

Paru : février 2018 – 296 – 18 euros

http://www.editions-heloisedormesson.com/livre/le-cafe-des-petits-miracles/