Le chant des revenants de Jesmyn Ward aux éditions Belfond

«  « Maintenant tu comprends la vie. Maintenant tu connais la mort. » Il est si calme qu’il pourrait dormir, sauf qu’il bouge. Une longue ligne brune, une ride sur l’eau. C’est alors que je vois. Il grimpe à l’arbre comme le serpent blanc. Il ondule le long du tronc, jusqu’aux branches, et va s’étendre sur l’une d’elles. Et les branches sont habitées par des fantômes, deux ou trois par branche, jusqu’à la cime, jusqu’au feuilles effilées. Il y a des femmes et des hommes, des garçons et des filles. Et même pratiquement des bébés. Ils sont à croupetons et ils me regardent. Noirs et bruns, fumée pour les plus jeunes. Ils ne révèlent pas leur mort, je la vois dans leurs yeux, leurs grands yeux noirs. Ils sont perchés comme des oiseaux mais ils ressemblent à des humains. Ils parlent avec leurs yeux : Il m’a violée et il m’a étranglée pour me tuer j’ai levé les mains et il m’a tiré dessus huit fois elle m’a enfermé dans la remise et laissé crever de faim pendant que j’entendais mes bébés qui jouaient avec elle dans le jardin ils sont entrés dans ma cellule au milieu de la nuit et ils m’ont pendu…… »

Un roman chorale que ce Chant des revenants, un roman sombre qui raconte la vie d’une famille. Le premier qui nous confie ses joies et ses peines c’est Jojo qui a 13 ans. Ce dernier vit avec sa petite sœur kayla chez les grands parents maternels. Papy et Mamie qui ont eu deux enfants, un fils, Given, mort il y a quelques années, tué par le cousin de Michael, le père des enfants et puis, une fille, Léonie, jeune femme démolie par la drogue, irresponsable, qui ne sait pas aimer ses enfants, perdue.. « Ça fait trois ans que Michael est en taule. trois ans et deux mois. Et dix jours. Il a pris cinq ans avec possibilité de remise de peine. Aujourd’hui, la possibilité est une réalité. Le présent. » A peine elle faisait connaissance de cet homme, qu’elle attendait déjà son premier enfant, Jojo.

Elle va partir donc faire cette longue route pour aller chercher celui qu’elle aime à la sortie de prison, avec ses deux enfants et une amie.

Dans ce roman, la voix est donnée autant aux vivants qu’aux morts. Ils vivent ensemble, certain les voient et les autres pas. Jojo a ce don, et c’est ainsi que cet enfant Richie s’accroche à lui, tout jeune il a connu le grand-père de Jojo .. il l’a aimé, Papy en a parlé à son petit fils, mais il semble ne pas avoir tout dit. Pourquoi Richie, mort, veut absolument revoir Papy ?

Ce qui m’a beaucoup touchée dans ce roman c’est cette voix de Richie,  ce mal-mort. Il doit savoir, il doit comprendre sa mort…d’où son errance auprès des vivants. Un mal-mort à quelque chose de l’ordre de l’inachevé et le départ de Richie alors qu’il était tout jeune a dû être d’une violence inouïe.

Une atmosphère sombre et cruelle que ce roman, quand on découvre, entre autre, au fil de l’histoire que Léonie n’est pas acceptée par les parents de Michael parce que tout simplement elle est noire. Encore et toujours … hélas.. Beaucoup de violence ….

 

Le chant des revenants de Jesmyn Ward

Traduit de l’américain par Charles Recoursé

Éditions : Belfond

Paru : en France  février 2019 – 272 pages – 21 euros