Le cœur converti de Stefan Hertmans aux éditions Gallimard, collection du monde entier

 » En fait c’est le rabbin du village, Joshua Obadiah, qui depuis la synagogue voit descendre de la colline les fugitifs, tôt le matin en ce printemps de l’année 1092… Ils  arrivent en claudiquant jusqu’à sa maison – juste à côté de l’endroit où moi, mille ans plus tard, j’ai passé des étés à lire sans me douter de rien et de où je me suis senti plus heureux que nulle part ailleurs en ce bas monde.

Quel est ton vrai nom ? demande le rabbin.

Elle hésite. Lui demande-t-il son ancien nom chrétien ? David la précède : Sarah, dit-il. Ma femme s’appelle Sarah.  »

Puissant ce roman ! Il a comblé la passionnée de lecture que je suis. C’est très souvent à travers les romans d’écrivains talentueux que j’ai appris autrement l’Histoire. Je suis subjuguée par ces plumes qui savent mêler l’Histoire et la fiction.

Dans Le cœur converti, le tout dernier roman de Stefan Hertmans,  le narrateur  nous conte sa découverte que fut ce terrifiant pogrom qui a eu lieu à Monieux, petit village perdu dans les hauteurs du Vaucluse, il y a de cela 1000 ans.

Il va mener une enquête de main de maître pour découvrir au mieux le passé de ce village et surtout l’histoire d’un couple en fuite qui se serait posé là exactement.

Nous sommes pris totalement dans l’incroyable destin de cette jeune femme chrétienne, séduite par un jeune homme de confession juive, David Todros, suivant ses études à la yeshiva de Rouen. Ensemble ils vont fuir la Normandie, elle quitter toute sa famille pour un amour dont elle ne peut imaginer l’avenir.

Nous sommes en 1095, lorsque le pape Urbain lance son fameux appel à la première croisade. IL souhaite ressouder le monde chrétien, « La paix relative entre musulmans, chrétiens et juifs en Orient doit pour cela être brisée ; les lignes de démarcation doivent devenir strictes et claires… » Et c’est ainsi que des villages vont être pillés, incendiés, les femmes violées, par ces hommes armés partants en croisade pour Jérusalem, tout leur est permis sur leur route. C’est l’horreur même. Et ce tout jeune couple va pour son plus grand malheur se retrouver dans cette terrible tourmente.

Je ne révèle rien de plus. J’invite juste à la lecture de ce magnifique roman.

 Merci Stefan Hertmans de redonner vie à des êtres humains à travers votre roman si élégamment construit, voilà toute la richesse de la littérature à mon sens. Elle est là pour aussi donner vie à ce qui n’est plus. Libérer des voix. Merci de ce voyage à la découverte d’un passé au cœur des montagnes du Vaucluse. Jamais plus je ne pourrais traverser ces plateaux, qui me sont si chers, sans penser désormais à Sarah, David et tous les autres qui habitent votre roman.

Le cœur converti de Stefan Hertmans

Éditions : Gallimard, collection du monde entier

Parution : juin 2018 – 368 pages – 21,50 euros