Le courage qu’il faut aux rivières d’Emmanuelle Favier aux éditions Albin Michel

 » C’est ton âme que tu portes, Adrian, c’est ton cœur que tu soutiens de tes bras maigres pour ne pas qu’il s’érafle au sol pierreux, pour ne pas qu’il s’écrase et t’abandonne à ta solitude, à la froidure du dedans, qui te fait mettre un pied devant l’autre.

Adrian marchait vers le sud, les tempes humides. Les lumières de juin ricochaient entre les branches des plaqueminiers, faisaient des fuites claires sur le sol. Elle tenait sa veste d’un doigt crocheté sur son épaule, la laine de son pull agaçant sa nuque en sueur ……..Plus d’une fois elle crut voir, passant devant l’une de ces tours, levant les yeux vers l’unique meurtrière qui en perçait le flanc aride, l’éclat d’un regard déjà tourné vers l’intérieur. »

Il existe une tradition dans le nord des Balkans qui est que  des femmes par choix ou obligation font le serment de rester vierges. Elles sont ainsi nommées les vierges jurées. L’auteur s’est inspirée de cette réalité en donnant vie à deux femmes bien différentes, car l’une a choisi et l’autre ont lui a imposé cet état de fait. Par conséquent elles ne vivent pas de la même façon cette réalité. Adrian et Manushe, sont au cœur de leur communauté, des hommes au regard de tous, ayant les mêmes droit qu’eux, s’habillant à l’identique..Mais au plus profond de chacune rayonne une force féminine. Vont-elles donc enfin oser être elle même. La question d’identité de soi est la thématique de ce récit. Une histoire prenant scène dans une nature sauvage, aux couleurs sombres et lumineuses à la fois, à l’ambiance glauque et heureuse…Féminin, masculin…Un roman original autant dans sa forme que dans son fond.

Le courage qu’il faut aux rivières d’Emmanuelle Favier

Éditions : Albin Michel

Paru : août 2017 – 217 pages -17 euros