Le jour se lève et ce n’est pas le tien de Frédéric Couderc aux éditions Héloïse d’Ormesson

 » Camilo…le gros lot ! Aucune femme ne lui a résisté. Vous n’imaginez pas comme il était beau. La figure romantique du héros dans toute sa splendeur ! Pour nous, Cubanos, l’idéalisme, c’est lui, et pas le Che, certainement pas. L’Argentin était hautain, arrogant, froid ! Dire que son visage couvre les chambres des jeunes sur tous les continents ! Quelle imposture ! C’est Camilo et son beau sourire qui devraient être en poster partout. Mais lui n’a pas croisé l’objectif de Korda. c’est ce portrait de lui portant un béret qui a trompé tout le monde. Bref…Avec Dolores, ils se sont retrouvés par hasard. Moi, je ne connaissais ni l’un ni l’autre. Jusqu’à ce jour où il m’a sauvée.  »

Comment ai-je pu passer à côté de cet auteur jusqu’à ce jour où ma libraire m’a parlé de lui, Frédéric Couderc ! Tout ce que j’apprécie ! Du romanesque au cœur de la grande Histoire. J’adore !

Le jour se lève et ce n’est pas le tien, qui est donc ma première lecture de cet auteur, nous emmène dans un grand et beau voyage, nous racontant deux histoires, dans ce roman choral, qui vont bien évidemment se croiser entre la Havane et New-York, 1959 et 2009.

Deux histoires, deux époques, 1959 à Cuba, la rencontre de Dolores et Camilo Cienfuegos alors que la révolution vient tout juste d’éclore, que Camilo, les deux frères Castro et le Che viennent d’arriver pour anéantir le gouvernement de Batista. Et puis alors qu’au tout début de cette révolution les idées étaient justes et nobles, très vite sous l’influence de l’URSS, les choses ont pris un autre tournant. Camilo a senti ces bouleversements, lui le juste au grand cœur. Et il a vite été, il faut le dire éliminé.

A New-York , l’auteur nous raconte la quête d’un homme sur ses origines. Sa mère vient de mourir, Léonard a une cinquantaine d’année, cet homme, gynécologue, engagé pour l’avortement va vite avec sa femme Alice être pris pour cible par des activistes Pro-life, mettant sa vie en danger. Et tout va basculer.

L’auteur a mis en lumière d’une plume très inspirée ce fameux Camilo, un oublié injustement de l’Histoire dont personnellement je n’avais jamais, de mémoire, entendu parlé ni lu ! Encore un grand merci à la littérature qui nous fait voyager dans l’Histoire et découvrir des pans méconnus. Merci Frédéric Couder.

Passionnant tout simplement.

Le jour se lève et ce n’est pas le tien de Frédéric Couderc

Éditions : Héloïse d’Ormesson

Paru : juillet 2016 – 367 pages – 20 euros