Le paradis à reconquérir de Henry D. Thoreau  aux éditions Le mot et le reste

 » Mr Etzler n’est pas un de ces hommes éclairés et pragmatiques ….Il a plus de sens pratique que n’en a d’ordinaire un faiseur de projets aussi audacieux, un rêveur aussi déterminé. Son succès cependant repose sur la théorie, non la pratique, et il alimente notre foi plutôt que de contenter notre entendement. Son livre manque d’organisation, de sérénité, de dignité, de beaucoup de choses, mais il réussit à communiquer ce que seul un homme peut communiquer à son semblable qui soit d’importance, sa propre foi. » p53

Dans ce texte très court, Thoreau réagit et commente les écrits de John A Etzler à propos du Paradis à reconquérir, paru en 1833 aux États-Unis. Pour Etzler, ce sont les machines qui permettront à l’homme de vivre mieux et réaliser ses désirs comme ses rêves les plus fous, sans travailler. Il pense que l’homme va adopter de nouveaux moyens de locomotions : «  On pourra se rendre d’un pôle à l’autre en deux semaines, visiter un pays de l’autre côté de la mer …. » habiter des terres inhabitables jusque là : «  Toutes les terrains sauvages, même les plus hideux et les plus stériles, pourront être convertis en jardins merveilleux et très fertiles « ….. Très visionnaire il écrit :  » Peut-être que les générations à venir ne voudront plus habiter un monde qui se désagrège, et, profitant des inventions futures de la locomotion aérienne et de la navigation spatiale, la race humaine tout entière quittera la terre pour émigrer et s’installer sur une planète vacante … » Tout l’opposé de ce que peut penser Throreau, lui l’admirateur de la nature dans toute sa beauté…..

Thoreau critique aussi, entre autre, le fait que dans ce livre Le paradis à reconquérir, son auteur développe essentiellement le confort matériel et extérieur, en oubliant la vie intérieure, essentielle à Thoreau, ce transcendantaliste de la première heure, jusqu’à s’en éloigner par ailleurs plus tard, comme nous l’apprenons dans la deuxième partie de ce petit livre : Thoreau essayiste.

Deuxième partie que j’ai savourée comme tout au début, l’introduction de Michel Granger, professeur de littérature américaine, spécialiste de Thoreau.

Très agréable à lire, une belle présentation … une maison d’éditions que j’ai aussi découvert à cette occasion, Le mot et le Reste qui semble compter dans ses publications de bien intéressants ouvrages.

Je remercie Babelio de m’avoir permis cette lecture, de me replonger dans l’univers de Thoreau que j’affectionne beaucoup.

Le paradis à reconquérir d’Henri d. Thoreau

Traduction : Nicole Mallet

Éditions : Le mot et le reste

Paru : juin 2019 – 93 pages – 3 euros