Le sel de tous les oublis de Yasmina Khadra aux éditions Julliard

Le roman s’ouvre sur une rupture et un départ, Dalal annonce à son mari qu’elle le quitte.

Le monde s’effondre aux yeux d’Adem, enseignant, il décide de renoncer à toutes ses responsabilités et il démissionne. Il fuit sa vie en partant sur les routes, avec pour seul bagage un sac de toile et sa souffrance, plus rien n’a de sens ! L’alcool va l’aider à noyer ce chagrin insurmontable, ce qui va le conduire à être enfermer dans un asile. Réussissant à se libérer, il va reprendre la route et errer jusqu’à une nouvelle rencontre. Dans cette noirceur du monde, un personnage lumineux va lui apparaître, mais sera t-il reconnaître sa chance et la saisir ?

Yasmina Khadra nous décrit avec talent la souffrance et la colère, colère d’avoir été abandonné. C’est l’histoire d’une incompréhension qui mène à une amertume de tout et envers tout et tout le monde. Ce personnage m’a touchée mais en même temps il m’était insupportable, comment se laisser habiter par tant d’aigreur, de colère, comment ne pas essayer de s’en sortir autrement, en s’ouvrant aussi aux autres. Le peu qu’il va essayer de faire n’est que par intérêt ! Mais en même temps n’est pas notre lot à tous ?

Un roman grave et sombre dans une Algérie qui vit ses premières heures de l’indépendance. La vie est rude, les blessures suintent toujours dans les cœurs et les corps meurtris. L’espoir est-il possible ? Combien de temps faut-il pour se remettre debout ? POur f aire à nouveau confiance en la vie et en les Hommes ?

Le sel de tous les oublis de Yasmina Khadra

Éditions : Julliard

Paru : 20 août 2020 – 256 pages – broché 19 euros – Epub : 12,99 euros

#rentreelitteraire2020