L’eau de rose de Christophe Carlier aux éditions Phébus

 » Les écrivains, on le sait, ne prennent jamais de vacances. Aussi, à peine arrivée en Grèce, Sigrid s’apprête-t-elle à composer l’un de ces récits à l’eau de rose dont elle a le secret.
Hélas ! Sitôt installée devant l’écran blanc de son ordinateur, la romancière se laisse distraire par son entourage : un directeur d’hôtel onctueux, deux Anglaises distantes et laconiques, un couple de pharmaciens désœuvrés – et surtout une jeune fille à l’élégance théâtrale… Gertrude.
D’où vient cette étrange aventurière ? Que lui veut-elle ?
Jamais vacances n’auront autant ressemblé à un roman. Sigrid, qui croyait connaître tous les mystères de l’amour, sent son cœur s’accélérer, tandis que les héros de sa narration se comportent avec une liberté déconcertante. « 

C’est le résumé qui tout d’abord m’a donné envie de lire ce roman. L’idée est très sympathique, une femme écrivain se retire dans un hôtel en Grèce le temps de l’écriture de son prochain roman. Entourée de personnes très particulières, elle se laisse à observer cet entourage pittoresque jusqu’à ce qu’elle tombe sous les charmes de cette jeune femme Gertrude. Mais qui est-elle vraiment ? Que lui réserve cette rencontre ?
Hélas, l’auteur n’est pas parvenu à créer, en moi, une certaine émotion, à atteindre ce que je pouvais prétendre d’une telle histoire. Une bonne lecture, tranquille mais décevante, à regret.
Merci aux éditions Phébus et à Net Galley de m’avoir parmi cette lecture et la découverte de cet auteur que je n’avais jamais lu encore.

#LeauDeRose #NetGalleyFrance

L’eau de rose de Christophe Carlier

Éditions : Phébus

Parution : 10 janvier 2019 – 240 pages – 18 euros