Les simples de Yannick Grannec aux éditions Anne Carrière

 » Sur les berges, sœur Clémence a récolté des brassées d’orties, d’herbe du bon soldat et les premières têtes de pas-d’âne. Elle cueille ces dernières à peine écloses et les séchera au plus vite. Trop ouvertes, elles perdent leurs vertus en mûrissant leurs graines. Ce soir, elle en composera une infusion pour soigner les vilaines toux de ses sœurs. »

 

C’est le premier roman de Yannick Grannec que je lis. Celui-ci a attiré toute mon attention, de part son titre Les simples et la quatrième de couverture qui m’annonçait une histoire passionnante comme je les apprécie.

En Provence, au moyen-âge, une abbaye fictive, des religieuses dont une qui a le savoir des plantes et par elles essayent de soigner. Un lieu de prière et de dévouement tenu par des religieuses indépendantes, qui va du jour au lendemain par la visite d’un évêque et son vicaire être totalement bouleversé.

C’est alors que le pouvoir de certaines autorités religieuses soupçonnent ces femmes de sorcières et les pourchassent afin de les éliminer totalement. Le peuple dénonce, condamne sans connaître, se venge tout simplement sur des âmes purement innocentes. L’auteur décrit des scènes insoutenables de torture, qu’à dire vrai j’ai passé.

Un roman fort donc sur son fond, sur un sujet palpitant, entre l’herboristerie et la chasse aux sorcières, seulement il m’a manqué quelque chose, une sorte de liant, je pense effectivement c’est la forme du roman qui n’a pas facilité l’attrait total à la lecture. Ce sont des petits chapitres, présidés par un personnage qui raconte sa vision des faits. Mais est-ce là l’unique raison que je n’ai pas été plus emportée par l’histoire ? Je ne serais vous dire.

Les plantes j’en suis fascinée … cette médecine des femmes comme on dit, attire toute mon attention, car dans ma famille, une vieille tante avait ce savoir, elle était connue au hameau pour cela, toujours ses petites fioles en poche, elle était appelée au secours d’une femme en couche, d’un blessé, d’un mort …. Voilà pourquoi en littérature j’ai toujours été séduite de découvrir des romans, les plus souvent historiques sur ce sujet….. Que j’essaye naturellement de me soigner, dans la mesure des possibles … Donc le fond de l’histoire je l’ai savouré, mais l’intrigue, si je puis dire ainsi, m’a pas forcément envolée. Une émotion ratée peut être, à regret !

En tous les cas c’est un roman qui a l’idée de soulever hélas, un problème récurant, qui est la main mise aujourd’hui comme hier de la médecine dite scientifique contre cette médecine transmise, cette médecine douce, basée sur les bienfaits de la nature. Un vaste débat qui fait encore crier au loup, euh non aux sorciers et sorcières, gourous, charlatans ….

Les simples de Yannick Grannec

Éditions : Anne Carrière

Paru : août 2019 – 443 pages – 22 euros