L’esprit de solitude de Jacqueline Kelen aux éditions Albin Michel

 » Dans la solitude je ne m’enferme pas ; je prends du recul, de la hauteur aussi ; je rassemble mes forces et j’ouvre grand les fenêtres – celles qui donnent sur les choses, sur l’ailleurs et sur l’intérieur. Vivre solitaire demeure la seule façon de ne pas se compromettre, de sauvegarder son irréductible étrangeté et d’accéder à ce qui ne périt pas . « 

 » Tous ces cas ressortissent au plan psychologique – qui recouvre émotions, sentiments, sensations. ce sont des solitudes douloureuses, non-éclaircies. Je les appellerai des « mauvaises solitudes », non par jugement moral mais en me référant à l’épanouissement de l’être. Une mauvaise solitude enferme, amoindrit, rétrécit ; elle coupe des autres et du monde ; elle n’est pas créatrice et ramène tout à soi ; elle conduit à la tristesse, au ressassement, à la désespérance. »

 » Personne en nous apprend à être seul . au contraire, toute éducation, qu’elle soit dispensée par la famille ou à l’école, vise à ne jamais laisser l’enfant dans le silence, face à lui-même : on oblige à jouer avec ses camarades, à faire partie d’une équipe sportive, à embrasser les cousins éloignées et à parler avec les amis des parents, bref à « communiquer » et à « s’intégrer » , ces deux poncifs tyranniques de la société contemporaine. « 

 » Or le solitaire n’est pas celui qui n’aime pas les autres mais celui qui apprécie certains autres, celui qui en tout fait preuve d’élection et cultive les affinités….IL préfère toujours la rencontre particulière à la dilution dans une collectivité. »

 » Le solitaire sait qu’il a beaucoup à apprendre alors que la plupart ne cherchent qu’à enseigner, à avoir des disciples. Il lit, écoute, réfléchit, mûrit ses pensées comme ses sentiments… la solitude est bien une école de respect de l’autre et de maîtrise de soi. »

L’esprit de solitude fut une révélation pour moi il y a très longtemps . Un livre de sagesse dans lequel j’ai pu enfin lire les mots que je ne connaissais pas pour définir qui j’étais au fond de moi..  L’auteure nous parle de la solitude non celle négative, celle de l’isolement, de la difficulté de vivre, au contraire elle nous parle de la solitude créatrice. Ce livre est riche, à mon oreille, à mon cœur il m’a tout juste souffler OSE !

L’esprit de solitude de Jacqueline Kelen
Éditions : Albin Michel
Paru : mai 2005 ( réédition car moi je l’ai à la Renaissance du livre septembre 2002 ) – 254 pages – 15,20 euros