Maggie, une vie pour en finir de Patrick Weber aux éditions Plon

«  Quand je vous ai vue, j’ai songé à une fleur. Mais pas n’importe quelle fleur, une de ces fleurs sauvages qui éclatent de toute leur beauté lorsqu’on les trouve dans un champ mais qui dépérissent très vite, à partir du moment où on les coupe et on les met dans un vase.
— Je ne comprends pas bien…
— Vous avez l’air soumise, Maggie. Et pourtant, je sais qu’il n’en est rien. Vous attendez autre chose de la vie. Vous voudriez tout changer, mais vous avez peur de causer de la peine autour de vous.
— Je ne sais pas…
— Vous voyez ? Je vous ai fâchée.
— Pas du tout ! C’est que… cela va vous paraître étrange, mais je ne me connais pas bien. Parfois, il m’arrive de me demander quelle fille je suis. Je suis triste sans savoir pourquoi et puis, subitement, je me sens heureuse sans raison particulière. J’ai même envie de rire ou de chanter. C’est très étrange et ce n’est pas toujours facile à vivre.  »

L’auteur, Patrick Weber, nous raconte dans ce très beau roman, la vie d’une femme, sa grand-mère. Cette dernière issue d’une famille de 7 enfants est originaire de la ville d’Altrincham, non loin de Manchester. A 16 ans, en 1915, Maggie est invitée par son ami, le révérend Johnson pour devenir infirmière au cœur de l’ hôpital qu’il va ouvrir avec l’aide de son épouse. Quand arrive le blessé Belge, Joseph Aerts , c’est toute sa vie qui bascule. Un bel amour, poétique et respectueux va naître entre ces deux êtres. Maggie se marie en 1919 : «  Je l’avais déjà compris, il m’apparaissait de plus en plus clairement que le bonheur s’accompagnait toujours d’une ombre menaçante. La peur de perdre, la peur de ne pas réussir, la peur de commettre une erreur. En épousant Joseph, j’étais sûre de mon choix, mais je n’étais plus aussi convaincue de vouloir quitter Altrincham et ma famille. J’avais rêvé de cet instant pendant des années et, à présent qu’il devenait réalité, j’en avais peur. Je pense que ce sont les mois qui ont suivi la guerre qui ont changé mon état d’esprit. « 

Elle va tout quitter sa famille si chère, sa ville, son pays pour accompagner Joseph à Bruxelles pour une nouvelle vie, malgré toutes ses peurs. De ce grand amour, vont naître deux enfants.  Et puis la maladie tant redoutée par Maggie, va rattraper Joseph et l’emporter la laissant seule, complètement anéantie.  Malheureusement suite à cette terrible épreuve, la seconde guerre mondiale va éclater, ce qui va, à tout jamais métamorphoser tout son être.

A l’occasion des commémorations de 1918, ce roman raconte le destin d’une femme, d’une épouse et d’une mère dont la vie a été bouleversée par les guerres. A travers ce récit, la vie de Maggie, qui a traversé les deux grandes guerres mondiales avec force, courage, colère et épuisement, c’est l’histoire de ces nombreuses femmes du XXe siècle que l’auteur nous raconte.

C’est un roman touchant, captivant, tragique, écrit merveilleusement bien, nous sommes, dès la première page et jusque la toute dernière, emportés dans la vie de cette famille, le destin de cette jeune fille. Merci Patrick Weber . Merci à NetGalley de m’avoir permis de lire Maggie, une vie pour en finir.

#PatrickWeber #NetGalleyFrance

Maggie, une vie pour en finir de Patrick Weber

Éditions : Plon

Parution : septembre 2018 – 396 pages – 19,90 euros