Par les routes de Sylvain Prudhomme aux éditions L’arbalète gallimard

 » J’ai vu peu de gens, dans ma vie, pour lesquels autrui n’était jamais un poids, jamais une fatigue, jamais un ennui. Toujours au contraire une chance. Une fête. La possibilité d’un supplément de vie. L’autostoppeur était de ces êtres.C’était comme s’il avait constamment à l’esprit la pensée que chaue être placé sur sa route ne le serait peut être plus jamais. La conscience que s’il voulait le connaître, c’était maintenant.  »

 

Le titre m’a de suite attirée, cette histoire de routes, d’autostoppeur ne pouvait que réjouir la personne en moi qui a tant aimé voyager sous cette forme, le pouce levé ! Tout un art, toute une éthique. Un appel, une addiction…..

Alors cet autostoppeur je l’ai vite apprécié en le découvrant par la voix de son grand ami Sacha. Seulement je n’ai pas toujours compris ses raisons de partir aussi souvent alors qu’il est marié à Marie, une charmante traductrice, papa d’un petit Augustin… Il est habité par un besoin vital du partir, de la route, de la rencontre tout en sachant qu’il passe à côté d’autre chose, d’être là avec les siens, ceux qu’il aime. Il en est conscient mais il part …

C’est un récit des plus ordinaire, sans fioriture aucune, histoire de vie, tout le long du livre j’ai imaginé qu’il allait arriver quelque chose et puis, en vain .. rien ou presque .. rien et tout à la fois. Je me suis laissée porter par ces êtres amoureux des livres, entre Sacha écrivain et Marie traductrice et puis le voyage, c’est toute la France que nous traversons du nord au sud, de l’est à l’ouest. Les descriptions sont parfois rapides comme parfois lentes à la vitesse de certains automobilistes, des kms parcourus en une journée, des noms de villes, de villages remplissent des pages ….. Ennui ? Non pas vraiment, mais mon doigt s’est vu tourner une ou deux pages plus rapidement.

Je pourrais écrire des lignes et des lignes sur le sujet, sur ce que ce livre réveil en moi, parce que ce ne sont pas des photos comme l’autostoppeur que j’ai pu faire lors de mes aventures en stop mais des cahiers noircis d’encre pour aussi raconter la RENCONTRE.

Mais les rencontres est-ce que ça se racontent ? J’aurais tendance à dire elles se vivent !

Par les routes, roman de la rencontre, rencontre sur les routes, et rencontre entre Sacha et Marie, rencontre de l’intime. Entre le partir et l’attente. Entre le être ailleurs et le être là. Entre Amour et amitié.

A tous les autostoppeurs … Les paysages infinis poétiques et symboliques, historiques et pathétiques …. à nos belles régions… à savoir encore voir, découvrir, observer, RENCONTRER !

Par les routes de Sylvain Prudhomme

Éditions : L’arbalète gallimard

Paru : juin 2019 – 296 pages – 19 euros