Quadrille d’Inès Benaroya aux éditions Fayard

«  En fin d’après-midi, nous sommes passés devant la maison du photographe. J’ai jeté un œil distrait par-dessus le muret, comme si c’était une maison comme les autres. La broussaille avait grimpé à hauteur d’homme, dévorant les terrasses, les escaliers et les jolies platebandes. Les sentiers qui autrefois descendaient vers la mer avaient disparu. À peine distinguait-on encore les restanques qui s’éboulaient sous les herbes folles. Échouée dans le chaos végétal, la maison semblait une épave, propulsée des ténèbres par une force qui aurait fendu la terre et déchiré le maquis. Les volets et la façade avaient pris une teinte grise brouillée par les années de corrosion saline et d’exposition au soleil. Rien ne rappelait la splendeur d’antan. Le temps avait réduit la beauté à néant.  »

Cela ne fait pas longtemps que Thibaut et Ariane sont ensemble, pour son anniversaire ce dernier lui offre un voyage en Grèce. Il ne connaît rien d’elle et inversement.

 » À nos âges, on se trimballe forcément des casseroles, je n’ai pas envie de ressasser mes rancœurs, avait-il ajouté, être avec toi comme neuf, qu’en penses-tu ?  »

Ainsi ils avaient décidé de partager que l’essentiel.

Seulement ce voyage en Grèce réveille les démons d’Ariane. Nous allons découvrir très lentement, entre les récits du présent et ceux du passé, ce qui s’est passé il y a cinq ans entre ces deux couples Ariane et Pierre son mari à l’époque, leurs enfants Jeanne, Guillaume et Viola et ce couple particulier Saliva sur cette île en Grèce. Une amitié ? Étrange.

Je n’ai pas trouvé limpide la lecture, les personnages ne m’ont absolument pas émue. Malgré une petite intrigue soutenue au fil des pages, elle n’a pas retenue ma curiosité. A grand regret une fois de plus.

#Quadrille #NetGalleyFrance

Quadrille d’Inès Benaroya

Éditions : Fayard

Paru : 25 mars 2020 – 288 pages – 19 euros