Sur l’épaule de l’ange d’Alexandre Romanès aux éditions Gallimard

«Lire Alexandre Romanès c’est connaître l’épreuve de la plus grande nudité spirituelle. Juste une voix et surtout le ton de cette voix : une corde de luth pincée jusqu’à l’os, ce luth dont il a joué dans sa jeunesse. Les morts doivent parler avec la même douceur sourde et sans reproche. À la lecture c’est comme si on traversait une larme. Cette larme que le poète refuse de verser fait l’humanité profonde de son livre. Il y a de l’eau, c’est tout, et un tout petit brillant de sel. Dans la dernière partie du livre, il y a de l’air. On a atteint la chambre des résurrections. Une douceur sans mélange, si pure qu’elle fait éclater la vitre de la mort. C’est le silence désormais qui tient le livre entre ses mains.»
Christian Bobin.

 

 » J’ai partagé le monde en deux :

     d’un côté il y a ce qui est poétique,

        de l’autre côté ce qui ne l’est pas.

   Ce qui est poétique existe à mes yeux,

         ce qui n’est pas poétique,

            je ne le regarde même pas. »

                                                                       » Toutes les femmes

                                                                  ont compris l’alphabet de l’amour.

                                                                Les hommes sont encore à la lettre A . »

                » De toutes les créations humaines,

                       rien n’est plus fort que

                           ce qui parle du ciel. « 

                                                                                             » La neige, le vent, les étoiles :

                                                                                                  si le cœur est parfait

                                                                                               pourquoi vouloir plus ? « 

 

C’est tout simplement magnifique, je suis sous le charme complet de ses mots, cette langue simple qui dit l’essentiel !

Sur l’épaule de l’ange d’Alexandre Romanès

Éditions : Gallimard

Paru : mars 2015 – 87 pages – 10,50