Trois jours à Jérusalem de Stéphane Arfi aux éditions JC Lattès

 » Une question, sans cesse, le poursuit.Une question qu’il n’attendait pas et à laquelle il ne trouve pas de réponse : pourquoi ces gens riches, pourquoi ces gens si bien-portants, pourquoi ces gens qui ne s’inquiètent ni de demain ni d’après-demain, pourquoi ces gens prospères qui tous font de beaux projets pour eux comme pour leurs enfants, tous ces gens qui ont de l’argent, des passions, qui ont tant d’ambitions et tant de rêves en eux, et qui, en outre, ont pour eux le temps, cette richesse déterminante que les pauvres n’ont pas, pourquoi tous ces gens sont-ils, eux aussi, si malheureux, si profondément malheureux qu’ils trompent leur malheur avec ces plaisirs superflus et ces discussions superficielles ?Pourquoi ont-ils, eux aussi, le sentiment que leur destin leur échappe, que leur vie n’a guère de sens, que leur liberté est fausse, que ce qui les entoure, tout ce monde mal fichu, ne leur convient pas, et que leur vie, dont ils ne comprennent ni le sens ni la finalité, passe sans qu’ils aient le sentiment de la vivre vraiment ? Pourquoi tous ces gens riches désespèrent-ils, eux aussi, de connaître le bonheur, le vrai bonheur, celui qui dure malgré les drames, malgré les douleurs et les peines ?  »

«  Ses parents se rendaient chaque année à Jérusalem pour la fête de la Pâque. Et lorsqu’il eut douze ans, ils y montèrent, comme c’était la coutume pour la fête. Une fois les jours écoulés, alors qu’ils s’en retournaient, l’enfant Jésus resta à Jérusalem à l’insu de ses parents….. Et il advint, au bout de trois jours, qu’ils le trouvèrent dans le Temple, assis au milieu des docteurs, les écoutant et les interrogeant; et tous ceux qui l’entendaient étaient stupéfaits de son intelligence et de ses réponses… » L’Évangile selon St Luc 2 (41-50)

C’est de ce fait biblique que l’auteur ouvre une page et imagine ce qui a pu se dérouler pendant ces trois jours à Jérusalem. Dans le roman, nous découvrons un Joshua tourmenté, en colère même contre le ciel. «  Car Joshua ne se satisfait pas de cette loi immémoriale que le ciel a édictée comme remède au malheur : « Pour vivre heureux, il faut aimer son prochain comme soi-même. »L’amour, clame-t-on alors, est l’unique secret du bonheur.  » Non, il pense qu’un autre mot plus vertueux que le mot amour existe et qui peut rendre tout être heureux. C’est cela qu’il va chercher ces trois jours durant. De la Jérusalem basse dans laquelle il va rencontrer les pauvres, lépreux à la Jérusalem haute, c’est un véritable parcours initiatique qu’il va vivre. Croisant sur son chemin, la jeune Myriam qui deviendra Myriam de Magdala, Le jeune orphelin Yehoudah, et le grand sage Hillel.

Un récit riche, documenté, lumineux. Une quête initiatique et philosophique passionnante qui va transformer des êtres en souffrance en de véritables êtres apaisés. Et nous à la lecture, nous ne pouvons que suivre Joshua dans ces interrogations, et découvrir avec lui quelle est l’essence même du bonheur. C’est une véritable invitation à un cheminement intérieur pour trouver ce bonheur.

Merci Stéphane Arfi pour avoir osé ouvrir une page oubliée des saintes écritures pour nous tendre ainsi la main vers de belles méditations qui peuvent certainement se transformer en belles actions.

Une lecture lumineuse qui m’a comblée. A découvrir !

Merci à Netgalley  m’ayant permis de lire ce livre, Merci aux éditions JC Lattès de leur confiance.

#TroisJoursàjérusalem #NetGalleyFrance

Trois jours à Jérusalem de Stéphane Arfi

Éditions : JC Lattès

Parution : 31 octobre 2018 – 288 pages – 18,50 euros

https://www.troisjoursajerusalem.com/

https://www.editions-jclattes.fr/trois-jours-jerusalem-9782709663373