Un bruit de balançoire – Christian Bobin

« Chère inconnue

l’été est intolérant. Le soleil casse les vitres. La maison boîte. Les livres poussent partout, jusque dans les couloirs, comme des mendiants experts à trouver la meilleure place. J’aurais beaucoup de choses à faire mais je ne vois rien de plus urgent que de vous écrire.

J’ignore qui vous êtes. Je sais seulement que vous avez toujours été là, dès que j’ai donné ma main à l’écriture. Vous êtes ma vie absente qui vient manger dans ma main droite.

Dans un monastère zen chaque moine, à la fin du repas, laisse quelques grains de riz dans son assiette pour les oiseaux. L’écriture est ce geste.

Ryokan disait ne pas aimer la cuisine des cuisiniers, la calligraphie des calligraphes et la poésie des poètes. Je n’ai jamais mis les pieds au Japon mais je connais très bien ce pays. Je le connais par la goutte d’eau d’un silence qui éclate sur le carrelage d’un poème de Ryokan. »

Ce livre est composé de lettres, lettres adressées à sa mère, au poète Ryokan, à Nadejda, au nuage, au pauvre bol, au fantôme, au penseur.. Tout en poésie, Christian Bobin nous appelle chacun de nous, nous qui sommes en danger, si éloignés trop souvent de l’essentiel, perdus, ne sachant plus écouter simplement le chant de l’oiseau, voir le nuage en partance au dessus de nos têtes dans un ciel bleu azur..

Comme il dit, « J’écris pour sauver ce qui est en train de s’ en aller. J’écris pour le retenir… Je suis ce fou qui écrit pour des gens qui s’en vont, s’éloignent, pour des choses qui sont aujourd’hui pratiquement méprisées, oubliées. »

J’affectionne tout particulièrement Monsieur Bobin. Ces livres sont mes compagnons de vie, sont mes lumières dans mes temps sombres, sont mes chemins autorisés. Le lire c’est se connecter avec l’essentiel, le beau et le simple, l’amitié et l’amour. Bobin c’est un voyage intérieur.

Et au delà des mots, il faut préciser que le livre objet est magnifique, des couleurs joyeuses comme le orange, un papier magnifique, très agréable à caresser des mains comme du regard !

Un bruit de balançoire de Christian Bobin

Éditions : L’iconoclaste
Paru : août 2017 – 97 pages – 19 euros