Une joie féroce de Sorj Chalandon aux éditions Grasset

«  Toutes étions en mal d’un enfant. Cette évidence m’avait bouleversée. C’est pour cela que Brigitte avait choisi Assia, pour cela aussi que les deux femmes avaient adopté Mélody, pour cela encore que j’étais entrée dans leur cercle magique. Assises autour du bar, les filles avaient fait leurs calculs. Cent mille euros. Brigitte pouvait vider son livret A. Assia a proposé de vendre sa vieille voiture. Mélody n’avait que ses yeux pour pleurer. Moi ? J’avais un carnet de chèques et deux mois de salaire d’avance, mais rien qui puisse nous aider. À moins de me séparer de la ménagère en argent de ma mère. Et puis quoi ? Quelques centaines d’euros, pas plus. Le compte n’y était pas. Ce soir-là, nous sommes rentrées à l’appartement sans un mot. Je me suis couchée la première, le ventre en feu. Mélody est ressortie. Tard dans la nuit, Brigitte et Assia chuchotaient encore.  »

Quatre femmes, Brigitte, Assia, Melody et la narratrice Jeanne. Elles ont deux points communs, toutes les quatre sont en mal d’un enfant et trois d’entre elles souffrent terriblement du cancer. Jeanne victime d’un cancer du sein rencontre Brigitte en séance de chimiothérapie. En salle d’attente, Brigitte lit Les Intermittences du cœur, de Marcel Proust. C’est ainsi que la libraire et la cheffe de cuisine vont se parler, se découvrir et vite s’apprécier. Jeanne à la sortie de cette première séance va aussi rencontrer Assia la compagne de Brigitte. Et puis très vite conviée chez ses nouvelles amies, elle va découvrir Mélody.

C’est pour elle, cette jeune femme en souffrance qu’elles vont commettre l’inimaginable.

Jeanne écrit sur son carnet bleu : « C’est l’histoire de quatre femmes. Elles se sont aventurées au plus loin. Jusqu’au plus obscur, au plus dangereux, au plus dément. Ensemble, elles ont détruit le pavillon des cancéreux pour élever une joyeuse citadelle. »

Un roman sur la souffrance face à la maladie qui anéantit, qui détruit, qui blesse, qui déchire, qui isole comme unit, sur la féminité et la maternité. Un roman sur l’amitié. Et quelle amitié ! Celle qui engage tout l’être, qui donne tout sans retenue. Et j’avoue que cela m’a beaucoup touchée. Par contre je vous confie franchement que je n’aime pas les récits sur la maladie et encore moins sur ces cancers….. Oui je suis lâche vous pouvez penser, mais j’évite, je n’arrive pas, n’y arrive plus et ne veut plus. A chacun son histoire n’est-ce pas ?

A mon sens ce n’est pas le meilleur roman de Sorj Chalandon, j’ai tellement savouré Le quatrième mur ! Je me suis précipitée sur ce tout dernier mais à regret car ce fut une lecture pénible pour moi et cela ne regarde que moi même, je le précise bien. Car d’un point de vue littéraire malgré un style très simple, des dialogues peu recherchés, l’histoire est bien menée, il faut la lire jusque la fin surtout !

Une joie féroce de Sorj Chalandon

Éditions : Grasset

Parution : août 2019 –

#UneJoieFéroce #NetGalleyFrance