Vanda de Marion Brunet aux éditions Albin Michel

 » Il restera pas

Elle l’a reconnu tout de suite, s’est arrêtée de respirer, glacée. Il boit près des enceintes, remue à peine dans un balancement raisonnable de la tête, le sourire ennuyé du mec qui n’a pas traîné dans ce genre d’endroit depuis longtemps.

Qu’est-ce qu’il fout là ? Vanda ne l’a pas revu depuis presque sept ans. Sept ans c’est loin, une autre vie – formule éculée pour une réalité charnelle.  »

Après son bac, Vanda est entrée aux Beaux-Arts seulement elle n’a pas tenu un an, car elle sentait que ce n’était pas son univers. Ce qui ne l’a pas empêché de continuer à peindre, mais seule et pour elle.  Très courageusement, elle s’est lancée dans des petites boulots jusque ce contrat à l’hôpital psychiatrique. Ce travail lui permet de survivre dans un cabanon avec son fils Bulot. Jusqu’au retour de Simon. Lui il est parti suite à leur rupture il y a sept ans, elle était enceinte mais elle ne lui avait rien dit. Il revient dans sa ville natale pour la mort de sa mère et ils se revoient par hasard, c’est ainsi qu’il découvre qu’il est papa.

Elle est terrible cette histoire, histoire de femme en déroute, histoire d’une mère possessive, car oui pour moi sa relation avec son fils n’est pas saine, même si justement elle veut démontrer combien elle a d’amour pour lui. Mais qu’est ce qu’aimer ?

Bien que j’ai apprécié cette lecture, je n’ai pas malheureusement été sensible au personnage de Vanda son caractère très particulier, j’ai détesté sa grossièreté, sa façon d’être et d’agir. Par contre le petit Bulot m’a touchée. Pas facile d’être enfant dans une telle atmosphère.

Ce constat  ne remet pas du tout en cause l’écriture, bien au contraire, qui est une réussite dans un sens puisque l’auteur a si bien défini son héroïne que celle-ci a provoqué en moi des sentiments, quels qu’ils soient. C’est quand même signe d’un livre intéressant.

C’est le premier roman de cette auteure que je lis, je ne connais pas ces autres romans ni sa plume,alors peut être me faudra t-il lire un autre livre pour m’assurer que ce n’est pas son travail que je remets en cause mais tout simplement ce personnage de Vanda que je n’ai pas aimé.

Merci à la plateforme Babelio et la masse critique et les éditions Albin-Michel

Vanda de Marion Brunet

Éditions : Albin Michel

Paru : 26 février 2020 – 280 pages – 18 euros