Yoga d’Emmanuel Carrère aux éditions POL

Tout a commencé, à en lire l’auteur et l’entendre lors d’interviews, par l’envie décrire un petit livre sur le Yoga puisque comme il nous confie, il le pratique depuis des années au même titre que le taï-chi.

Nous découvrons donc un homme en quête, voulant, j’ai le sentiment mais j’ai eu des doutes, vouloir aller encore et toujours plus loin dans cette sagesse orientale.

On ne prend pas ce chemin innocemment, ce sont des choix, en occident, qui mènent une personne à découvrir puis pratiquer ces disciplines.

Pourquoi Emmanuel Carrère est allé vers le yoga il y a 30 ans ? Qu’avait -il a apaiser ou a développer au fond de lui, dans son être tout entier ?

Très à l’écoute de ces voies, j’ai ressenti un bonheur certain, une lecture paisible à lire tout le début de ce roman.

Seulement l’auteur à travers ce récit raconte d’un côté, la recherche d’une sérénité consciente et d’un autre, un mal être profond. Il décrit avec justesse sa descente aux enfers, bien réels ceux-ci, dans cette enceinte de l’hôpital Saint-Anne. Terrifiant !

D’un côté il y a une certaine zénitude et de l’autre côté à l’aide de la chimie et électrodes, il y a la « science », notre médecine ! L’horreur à mon sens !

C’est là que je ne comprend pas tout, mais que je constate chez tellement de personne, pourquoi ne pas aller plus loin dans sa pratique des arts orientaux en se soignant avec la médecine chinoise ou indienne dont il  nous parle en quelques lignes ? Bon cela reste mes propres interrogations.

Tout cela est bien étrange pour moi et certainement décevant …. Ne jamais aller à fond …. pourtant Emmanuel Carrère semble connaisseur, a fait de belles rencontres……

Il écrivait être heureux enfin en amour ….. et puis la chute brutale…..

Etait-il si heureux en amour ? Là aussi permettez moi d’en douter ! Il a eu tout de même ce besoin de vivre d’autres aventures en parallèle :

 » Qui a deux femmes, perd son âme, qui a deux maisons perd sa raison« .

Cet homme se cherche…. il a finalement choisit la médication, j’espère pour lui qu’il n’a pas totalement abandonné la méditation …..

Que dire de plus, que j’ai lu ce livre d’abord avec un plaisir étonnant et puis je me suis un peu ennuyée …. j’ai relevé de petites choses par-ci par là …. mais au final, qu’est-ce que j’en retiens comme lectrice ?

Cette histoire a résonné avec le dernier roman de Frédérique Deghelt que j’affectionne beaucoup aussi, mais Sankhara, ce dernier roman ne m’a pas émue.. C’est aussi l’histoire d’une femme qui part faire une retraite de méditation .. Vipassana  » Vis pas ça, na ! « .. il est aussi question d’attentats, mais ceux de 1986 …

Yoga d’Emmanuel Carrère

Éditions : P.O.L

Paru : septembre 2020 – 400 pages – Broché 22 euros –